欧洲法语国家 Europe访谈 Interviews

2008北京奥运:10年后 与法国人Valérian Sauveplane

作者 20 八月 2018 无评论
Cet article est disponible en chinois traduit par 这篇文章也有中文版本, 法译中:杨菲

Du 8 au 24 août 2018 sur chinefrancophonie.fr, témoignages et souvenirs d’athlètes francophones ayant participé à ce grand événement sportif. Les Olympiens de 2008 nous font revivre leur parcours, leurs joies, leurs regrets. Chinefrancophonie leur donne la parole.

Bonjour à tous les lecteurs francophones, je m’appelle Valérian Sauveplane, 38 ans, je suis né à Montpellier, mais j’ai vécu à Millau jusqu’à mes 18 ans. Ensuite, je suis monté à Paris pour m’entraîner à l’INSEP. Depuis je n’en suis jamais parti. Toute ma famille se trouve à Millau excepté une tante qui vit à côté de Montpellier avec son mari et mon cousin.

Aujourd’hui, je suis toujours sportif de haut niveau en tir (à la carabine). Ma spécialité était le 60 balles couché à 50m mais depuis 2017 cette discipline a été supprimée du programme des JO, du coup je me suis concentré sur l’épreuve du 3 positions toujours à 50m.

Les JO de Pékin
Les Jeux de Pékin étaient mes premiers à vivre en temps qu’athlète. J’ai eu la chance de pouvoir assister aux Jeux de Sydney et d’Athènes mais pas en temps que participant. De ce fait, les JO 2008 ont vraiment été différents pour moi. Cela reste pour moi les meilleurs Jeux, que ce soit au niveau de l’ambiance, de l’organisation, de l’engouement sur place dans la ville…

Débutant dans l’olympisme, je ne savais pas trop où j’allais vraiment, mais j’en ai pris plein les yeux !

Tout était vraiment fait pour que les athlètes se sentent au mieux
Que dire de l’accueil, si ce n’est que je n’ai jamais revu un tel accueil sur d’autres Jeux. (J’ai fait les 2 suivants Londres et Rio). C’était fantastique et comme je le disais plus haut, l’engouement dans la ville était exceptionnel. Les Chinois étaient très intéressés et impliqués lors de cet événement.

J’ai connu un peu la même chose à Sydney mais pas sur les autres Jeux. Tout était grandiose, les cérémonies, le stade olympique, le village et je ne parle pas du stand de tir qui était extraordinaire.
Au village l’accueil a été fantastique. Les bénévoles étaient eux aussi toujours à nos petits soins. Je garde là aussi que de bons souvenirs de ces JO. Les lieux d’entraînements, de distractions ou de détentes étaient géniaux. Tout était vraiment fait pour que les athlètes se sentent au mieux.

Mes deux épreuves de tir
Comme c’était mes premiers Jeux, je n’aurais jamais imaginé faire 2 finales, en soit c’était donc une belle performance pour moi, surtout aux 3 positions.
Au 60 balles couché, je n’ai pas vraiment de regrets car mon score avant finale ne me permettait pas d’espérer faire un podium après finale. Un match difficile car je n’étais pas vraiment bien placé dans le stand lors des qualifications. A 50m les conditions extérieures influent sur les scores et parfois, suivant si l’on tire à droite ou à gauche du stand, on peut être plus ou moins en difficulté à cause du vent. Ce jour là il fallait tirer à droite du stand et au tirage au sort je m’étais retrouvé à gauche.
Etre en finale était donc déjà très bien pour moi surtout pour mon premier match de ma carrière aux JO. Je rentre 8e en finale et en sort 6e avec la deuxième meilleure finale, c’était donc plutôt positif !

Aux 3 positions, là aussi je suis plutôt satisfait, mais avec un peu plus de regrets. Mon score de qualification était plutôt intéressant et pouvait laisser entrevoir une médaille avec une bonne finale. Malheureusement la mienne ne fut pas très bonne et effectivement avec un score en finale bon sans être exceptionnel, il était possible d’accrocher le podium voir même d’être champion olympique. Cette situation ne s’est jamais représentée par la suite sur les autres JO, avec donc quelques regrets sur cette finale. Mais comme je le disais, être double finaliste pour une première fois reste en soi une performance assez bonne.

La médaille olympique étant la seule manquante à mon palmarès, j’ai forcément quelques regrets rétroactivement.

Le stade et la torche olympique

Une des images la plus marquante restera l’entrée dans le stade olympique lors de la cérémonie d’ouverture. Mais l’image qui me reste le plus en tête est lorsque Li Ning a commencé à marcher tout autour du stade avec la torche olympique. J’ai le souvenir du stade tout entier qui n’en croyait pas ses yeux et qui s’est enflammé. C’était vraiment irréel et un moment fort.

Les finales que j’ai tirées restent aussi des moments très forts, dans un contexte tout autre que celui que l’on connaît habituellement dans notre discipline avec beaucoup de spectateurs et des médias partout. Je n’ai jamais revécu ça dans ma vie.

Pouvoir retirer la finale du 3 positions
Pour conclure, je peux dire que j’ai toujours été plus ou moins déçu lors des autres Jeux, tellement la barre avait été mise haute à Pékin. Une nouvelle fois, je n’en garde que d’excellents souvenirs et si je devais en revivre qu’un, ce serait sans aucune ces JO de 2008… Afin de pouvoir aussi retirer la finale du 3 positions.

Lien :
JO Pékin 2008 : dix ans après

×用微信扫描并分享

发表评论