儿童看中国 Les enfants et la Chine

Deux petits Français sur la Route de la Soie (2)

作者 13 一月 2018 一个评论

Tout ça pour ça !

Le premier truc qu’on a fait à Zhangye, c’est d’aller à la police pour s’enregistrer parce qu’on est étrangers, même moi. Gaspard dit toujours que je suis Chinoise pour m’énerver, mais moi je sais bien que je suis pas Chinoise vu que j’ai un passeport République française et que j’adore le saucisson et la Tomme de Savoie 40%. Même que Papy il dit toujours que c’est moi la plus française de toute la famille y’a pas de doute, et après avec Mamy il achète encore plus de saucisson pour ramener en Chine et Maman elle râle qu’on va grossir.

A la police on a d’abord visité tous les étages et finalement Maman s’est rendu compte qu’on était pas dans le bon immeuble, et même pas dans le bon quartier. Du coup on a refait le tour de la ville avec M. Zhao le chauffeur, et on est même tombé sur Marco Polo au milieu de la route.

Finalement on a trouvé le bon immeuble et on est entré dans tous les bureaux avant de trouver le bon. La dame du guichet avait l’air bien embêtée quand elle nous a vu arriver comme si elle allait avoir plein de problèmes à cause de nous. La dame a appelé une autre dame, qui a appelé une autre dame, qui avait déjà vu un étranger une fois l’année dernière. Là Maman a dit ah ben c’est bon on est sauvé, sauf que la dame savait plus trop ce qu’il fallait faire avec nos passeports. Finalement elle a dit c’est pas grave ça ira comme ça, et on est reparti sans les papiers et sans le tampon et Maman a soupiré tout ça pour ça, franchement.

Le premier soir dans notre nouvelle maison Maman a sorti plein de papiers : elle a dit ça s’appelle le Cnède, c’est comme l’école buissonnière et vous allez voir c’est super cool, c’est comme si vous étiez dans une classe imaginaire avec des élèves dans le monde entier. Nous on s’est dit que ça allait pas être super pratique pour les récrés, et en plus, pas de chance, la Route de la Soie c’est tombé sur nous et les autres sont à New York, à Shanghai et en Australie.

Maman a dit bon je vais d’abord regarder comment ça marche ce Cnède et après vous ferez vos devoirs tout seuls comme des grands pendant que je travaille à l’usine, et elle a tout étalé le Cnède par terre.

Je sais pas pourquoi, mais avec Maman ça se passe jamais comme elle dit.

La première semaine tous les soirs après manger Maman regardait les papiers en disant c’est pas vrai c’est quoi ce bazar je suis débile ou quoi, et plein de gros mots. Nous on s’est dit ah ben d’accord, ça a pas l’air aussi cool que ça le Cnède parce que déjà si Maman comprend rien au mode d’emploi nous on risque pas d’y arriver non plus.

Et puis un soir Maman a dit bon, vive la France, on verra ça plus tard, et là on a pensé chouette, parce que quand Maman dit on verra plus tard, on n’en parle plus jamais. Sauf que Maman a eu une autre idée, elle a dit eh les enfants, si vous alliez dans une vraie école chinoise comme des millions de petits Chinois.

Alors Maman a téléphoné à M. Xia le directeur de l’usine pour lui parler de sa bonne idée, et M. Xia a dit je te rappelle, et il a rappelé en disant “mei wenti”, on peut les inscrire dans l’école de ma fille demain.

Le lendemain en arrivant devant l’école de Laodong Jie avec Antoine on s’est dit que ça ressemblait beaucoup à l’école française, celle d’avant, la vieille de Sanlitun.

Maman a parlé au directeur, qui a dit d’accord mais il faudra acheter des uniformes comme tout le monde, c’est le règlement, et il lui a donné l’adresse du tailleur.

M. Zhao nous a emmenés chez le tailleur, et Maman a commandé deux tenues et le monsieur a voulu faire une photo où Maman fait semblant de payer sur Weixin, et le monsieur avait l’air très content parce qu’il allait faire de la pub avec la tête de laowai de Maman.

Le soir à la maison Maman a dit l’école chinoise c’est vraiment bien pour apprendre les caractères et pour les maths mais quand même il faut apprendre aussi un peu de français, alors elle a dit pourquoi pas faire le Cnède en même temps, je suis sûre que vous allez y arriver, vous êtes trop forts mes petits biquets et je vais être très fière de vous.

Nous, on a quand même eu l’impression qu’on s’était bien fait avoir avec cette histoire d’école buissonnière…

(A suivre)

Par Marion Lespine (inspirée par Antoine 8 ans et Félicie 10 ans)

Lien :

Deux petits Français sur la Route de la Soie (1)

 

×用微信扫描并分享

一个评论

发表评论