法文教学咬文嚼字栏目 Les mots qu'il faut

(12) Ça ne manque pas de sel

作者 10 十二月 2017 无评论

L’hiver en surprend encore quelques-uns, sous nos latitudes tempérées. Et chacun y va de son grain de sel pour tenter d’expliquer pourquoi la France s’est retrouvée paralysée à la suite d’une chute de neige de 5 à 10cm, notamment en Ile de France. Le Figaro qualifie le déneigement du réseau routier français de “véritable système kafkaïen” (voir leçon 9). D’autres mettent à l’index la météorologie nationale.

Quelques commentateurs parisiens ont invoqué un nombre insuffisant de “dessaleuses”. Ils voulaient sans doute parler de saleuses. C’est la morue qu’on dessale. Ainsi que les harengs. Et la chaussée qu’on sale pour éviter la formation de verglas.

Notons au passage que dans le jargon des marins, surtout des plaisanciers, dessaler équivaut à chavirer. Le bateau se renverse, l’équipage tombe à l’eau et, éventuellement, boit la tasse (d’eau salée, à l’occasion). C’est un terme qui a ses origines dans l’argot parisien du XIXe siècle (il se pourrait que des Bretons “montés” à la capitale y soient pour quelque chose) et signifiait tout simplement se désaltérer, boire un verre. Le contenu du verre n’étant pas spécifié.

Le sel, c’est aussi, ce qui relève le plat, ce qui lui donne une saveur. Une propriété qui vaut au sens propre comme au sens figuré. Dire d’un récit qu’il ne manque pas de sel, c’est souligner sa finesse, son piquant, son esprit.

Bon réveillon à tous. Si, au restaurant, vous trouvez l’addition salée, c’est peut-être que vous aurez dessalé (dans son acception d’origine) outre mesure, sans vous en rendre compte. Ce qui peut se comprendre. Chaque jour qui passe menace de nous changer en statue de sel.

Leçon 12
Dire et écrire :
C’est la chaussée qu’on sale et la morue qu’on dessale.

Voir la leçon 11, C’est une affaire de sentiment

Publié le 18 décembre 2010

×用微信扫描并分享

发表评论