La Chine sac au dos 背包游中国

Episode 3 : Montagne Tibétaine de Deqin à Shangeri-La – Vol vers Lhassa

Par 2 décembre 2017 Aucun commentaire

18/11/2006 – De Deqin à Shangeri-La

Il fait un froid de canard à 7 heures du matin dans le bus journalier qui relie Deqin à Shangerila. La veille il nous a fallu batailler pour obtenir une place mais nous voilà partis. Les voyageurs sont tous de type tibétain dont un barbu assez typique. Les Tibétains, outre leurs habits, se distinguent par leur haute taille.

Il a neigé la nuit, la route s’avère dés le départ une véritable patinoire. Mais le chauffeur est un virtuose. L’est bien moins le chauffeur d’un 4×4 que nous retrouvons après un virage couché dans un fossé. C’est là que joue l’entraide ; à plusieurs voyageurs nous réussissons à le remettre sur route. Dieu seul sait s’il sera arrivé à bon port !!!

Au petit matin : Entraide

Chorten

Prière au col sacré

Au lever du jour, le paysage est féerique. Le soleil levant illumine au loin les Meilishan. Par chance le bus marque un stop au passage du col qui, à 4200 m, sépare les vallées du Mékong et celle du Yangste. Ce col est un lieu sacré qui est l’occasion pour nos compagnons Bouddhistes de pratiquer leurs actes religieux. Ici, à côté des Chörten, c’est un feu immense que l’on alimente de sarments.

Nous basculons après le passage du col sur la vallée du Yangtse bien que celui soit encore loin. Avec le col, la neige a disparu. La route va se poursuivre par une longue descente en lacets. Alors que nous atteignons le fond de la vallée et le fleuve, nous longeons de très beaux villages aux belles maisons de pierre. On se sent loin de tout.

un “sage” dans le bus

un village tibétain

En route : une briqueterie

Le Yangtse est franchi vers midi à 1900 m d’altitude. Le voyage se poursuit le long de la route G 214 mais en laissant le Tibet derrière nous. Nous remontons à 3200 m pour atteindre le plateau herbageux de Shangeri-La(Zhongdian) que nous atteignons vers les 16 heures. C’est notre adieu à la région des trois rivières parallèles. (Nous retrouverons le Yang-Tse pour un trek de 7 jours des Gorges du Tigre au Lugu Hu)

18/11 soir. Shangeri-La ( Zhongdian)

Nous avons trouvé un hôtel en bordure de la vieille ville. En fin d’après midi une musique lointaine nous y attire. Eh bien, on y danse. Quelle foule, à croire que tous les habitants sont là ! Hommes et femmes se balancent sur des rythmes de cette belle musique Tibétaine. La plupart sont en costumes ce qui donne un beau spectacle. Il paraît que c’est ainsi tous le soirs. Pourtant il gèle fort !!! Nous passons une belle soirée agrémentée d’un dîner brochette sur le bord du trottoir. Pour ceux qui ne l’ont pas pratiqué, on choisit ses brochettes viande ou légumes, on vous les fait cuire sur braises et elles sont assaisonnées à votre goût. Pour déguster vous avez droit à un minuscule banc. Pour s’y asseoir il faut être fort souple ! Quant à la vieille ville une visite nocturne en vaut la peine. Nous sommes en hiver il n’y a pas un touriste. Vu le nombre d’hôtels, ce doit être bien différent en été.

19/11 : Shangeri-La : au temple Songzanlin-Si

Du centre ville le Bus N°1 mène en 10 minutes au plus grand temple Bouddhiste de la Chine du sud-ouest: le Songzanlin Si. Ce temple remonte au 17 ème siècle et compte encore 600 moines. Une visite de ces lieux ne se décrit pas : il faut la faire en s’imprégnant de l’atmosphère religieuse des salles de prières innombrables. Ce qui frappe, c’est la ferveur des populations de ces hauts plateaux. Il y a une tradition gestuelle et d’offrandes. Celles-ci sont à base de beurre de yack ou billets de un mao à 10 yuan, voire plus selon que l’on est pauvre ou riche.
Ce temple comme souvent les sites religieux se trouve très bien situé au sommet d’une colline qui domine un plateau fertile.
La visite est marquée pour nous Français d’un détail amusant. Dans une petite salle, sur un registre manuscrit, notre ancien couple Présidentiel, passionné d’extrême Orient, a laissé la trace de son passage en avril 2006 (bien sur un canular, puisque ce jour là le President français recevait à Paris le Premier ministre polonais) !!!
(Le temple est parfois l’objet de grandes fêtes villageoises. J’ai eu la chance d’y participer un dimanche lors d’un passage en avril 2008. C’est inoubliable de gaîté et de couleurs.)

Songzanlin Si : Le temple

la fête

deux pèlerins

A droite du temple un chemin de campagne mène plein ouest vers la route de Deqin .
Nous ne pouvons résister à une belle promenade de deux heures à travers de très beaux villages. On peut voir de ci de là ces extraordinaires râteliers de séchage du foin. Les yacks ici sont bien nourris. La route atteinte nous trouvons sans grande attente un véhicule pour nous ramener à Zhongdian.

20/11/2006 : vol de Zhongdian à Lhassa

Il y a une difficulté à signaler pour les voyageurs intéressés à joindre Shangeri-La, alias Zhongdian par avion. L’aéroport ne porte aucun de ces deux noms mais Diqin . Shangeri-La s’écrit aussi en pinyin Shangelila. Mais c’est de passage à Kunming, au Camelia Hôtel que nous avions résolu la question de notre vol de Diqin vers Lhassa.
(Je recommande vivement cet hôtel “backpackers” à Kunming : on y trouve tous les services pour préparer un voyage dans le sud- ouest Chine). Pour entrer au Tibet, pas de problème pour les Chinois donc pour Wendy. Par contre pour nous autres étrangers il faut un permis spécial. Ce permis est très spécial ! Il coûtait à l’époque 1000 yuan. De plus je ne l’ai jamais vu mais je l’ai eu ! En fait à Diqin un agent de l’agence Tibet Tourism Bureau m’a accompagné jusqu’à l’avion. A l’embarquement il a montré un document et je suis passé. Tel n’a pas été le cas d’un couple Américain qui avait ses billets avion mais pas la dite autorisation. Il a été refoulé. Bref, pas de problème pour aller à Lhassa mais cela se prépare.
Nous embarquons en mi-matinée ; l’avion relie Kunming à Lhassa via Diqin en survolant l’ancienne route du thé. A bâbord la vue sur les sommets himalayens est à vous couper le souffle. De l’aéroport on rejoint Lhassa à 60 km en longeant et traversant le Brahmapoutre. Ce plateau est-tibétain est un véritable château d’eau….

Prochain épisode : Nous quitterons momentanément la Chine du sud-ouest pour nous rendre en automne 2005 au Shandong : sur les traces de Confucius à Qufu puis au Mont sacré Tai Shan.

Domi

×Scanner pour partager sur WeChat

Laisser un commentaire