La Chine sac au dos 背包游中国

Episode 13 : Ascension du Huangshan (黄山) sous la neige les 9 et 10 février 2008

Par 2 décembre 2017 Aucun commentaire

Il n’y a pas de tradition de montagne sacrée au Huangshan (黄山) mais depuis plus de 1000 ans ce site montagneux extraordinaire est une source d’inspiration pour les peintres et les poètes Chinois.

Aller au Huangshan, c’est avoir sous les yeux cette peinture fascinante de l’Univers chinois : Montagnes escarpées, déchiquetées, couvertes d’arbres aux profils évocateurs. A plus de 1800 m, se succèdent en une valse fantastique des pics granitiques effilés dominant des précipices vertigineux.
Sur leurs parois abruptes des pins parasols s’accrochent de façon fascinante. De tous petits chemins taillés dans le roc permettent de naviguer d’un pic à l’autre dans un paysage féerique. Naturellement, levers et couchers de soleil sont les moments forts d’une visite en ces lieux. Ceci sous-entend de dormir au sommet. Ce n’est pas très facile mais en dortoir cela reste raisonnable. C’est ce que nous avons fait.


Paysages: Pins et rochers abrupts – Pins équilibristes – Une autre équilibriste

Le Huangshan (Montagne Jaune) est situé à l’extrême sud de l’Anhui (安徽), à proximité de ces beaux villages Ming dont nous avons parlé. L’ascension peut s’inscrire dans un voyage de visite à ces villages. De Hangzhou (杭州)l’accès est rapide via Tunxi (屯溪).

9 février 2008: Ascension du Huangshan
Au petit matin, il gèle à pierre fendre. Nous quittons sans regret l’hôtel non chauffé de Yixian. Un bus matinal va nous mener en moins d’une heure au Huangshan que nous avons décidé d’aborder par l’Est. Le bus est quasiment vide. Hormis nous, un homme de la quarantaine, armé d’un magnifique Canon EOS. Nous faisons vite connaissance. C’est un militaire en vacances ; il va se joindre à nous.

Si je peux vous conseiller, allez au Huangshan en hiver. Il y a peu de monde et la montée dans la neige est splendide. A 9 heures, à la porte de l’Est nous abordons le chemin, en fait un escalier entrecoupé de paliers. Il va nous mener à 1800 m : ce sont plus de 1200 m de grimpette soit près de 8000 marches ! Ce n’est pas si difficile car le paysage est enchanteur et varié. Surtout, évitez de prendre un Cable Car (Il y en a deux) vous ne verriez presque rien.

Bien qu’il ait neigé, le chemin est aisé car bien nettoyé. Nous montons assez vite avec notre militaire et notre petit Groupe va vite grossir. C’est la caractéristique de cette randonnée, nous terminerons à neuf le lendemain. Pour le moment, à 10h30 nous rejoignons un jeune couple. Connaissance faite, il s’agit de Jiubaqi(九八七)et Laolang(老狼)originaires de Fuzhou (福州). Lui est vraiment chargé, on croirait qu’il part pour 15 jours. Ce sont des inconnus ; ils deviendront des amis que nous reverrons à Fuzhou en 2009. A notre inquiétude sur le logement ils nous répondent : ne vous en faites pas nous avons une réservation dans un dortoir, on vous y trouvera bien une petite place.


Nos Compagnons de randonnée: Le Militaire – les Amis de Fuzhou – les étudiantes de Zhuhaï

A 13 heures, nous sommes en haut, à deux pas du sommet inaccessible : le Guangming Ding (光明顶), le sommet Lumineux. Au pied effectivement, dans le dortoir du Beihaï hôtel, on nous trouve deux lits avec nos trois compagnons. Les sacs sont vite posés et nous allons explorer les différents chemins qui, l’un vers l’est, deux autres vers l’ouest mènent à différents pics entourés de paysages fantastiques. On comprend mieux que ces lieux aient fasciné et inspiré les Maîtres de la peinture et de la poésie classique Chinoise. Nous avons par ailleurs la chance, côté ouest, vers le Pic de la Tortue, d’assister à un coucher de soleil embrasant magnifiquement l’horizon.

De retour à notre dortoir, nous y découvrons trois jeunes étudiantes de Zhuhaï (珠海). Elles vont se joindre à nous le lendemain. C’est en compagnie de tous ces nouveaux amis que nous allons partager notre dîner agrémenté par les préparations de Laolang qui a tiré un réchaud de son gros sac.

10 fevrier: Lever de soleil, visite du sommet et retour dans la vallée.
Le lever du soleil est en Orient le but principal de ces visites à des Montagnes célèbres. Il n’est pas question ici de le manquer. Au Taïshan (泰山)en 2005, nous avions eu sacrément froid. Eh bien de même en ce petit matin du 10 février. Par contre, la chance est toujours avec nous : les quelques bancs de brumes qui donnent encore plus de charme au site ne nous empêcheront pas de jouir d’un magnifique spectacle. Nous ne sommes pas seuls dans la nuit et on rit beaucoup dans la pénombre en cherchant le meilleur endroit. Nous en avons trouvé un bon et nos photos qui vont capter cet instant unique nous laisseront de bons souvenirs. Ce n’est qu’un instant.


Au sommet: le Plan- le Coucher de soleil le 9 février – le Lever du soleil le 10 février.

Retour à l’hôtel, boisson chaude préparée par Laolang et nous voici prêt pour la découverte d’autres sommets vers le sud où se profile notre chemin de retour. Nous ne tardons pas à rencontrer un jeune Belge, étudiant pour un an à Shanghaï (上海). Il se joint à nous et nous voici neuf pour finir l’expédition. Ce sera l’occasion de chahuts dans la neige, de moult séances photos etc…(Voir ci-dessous)
Plus sérieuse sera la descente car un peu vertigineuse. Nous aurons enfin l’occasion de rendre hommage au Bouddha dans deux petits Temples : le Banshan Si(半山寺)et le Ciguang Si(慈光寺). Arrivés en bas nous sommes tous enchantés de nos deux jours. Pour nous, il est trop tard pour regagner Hangzhou et nous avons décidé d’essayer à Tunxi une formule de chambre d’hôte. Je ne l’avais jamais fait en ville et l’expérience de Tunxi ne m’a pas convaincu ; rien à voir avec l’accueil chaleureux des paysans.


les Randonneurs au sommet et dans la neige: Wendy et Domi_ A Huit – A Neuf

A venir: Episode 15 –
En pleine mer au Large de Shanghaï (上海) et Ningbo (宁波) : Pèlerinage à La montagne sacrée de Putuo Shan(普陀山)

Dominique Renaut

×Scanner pour partager sur WeChat

Laisser un commentaire