Interviews 访谈

Droit du travail : un Québécois à Shanghai

Par 4 décembre 2017 Aucun commentaire

Rétrospective – Bonjour. Je m’appelle Normand, j’ai 27 ans et suis originaire de Val-d’Or au Québec. J’ai vécu 3 ans à Chicoutimi puis 3 ans à Montréal et je vis à Shanghai depuis septembre 2015. Je travaille comme Vice-directeur du département de coopération internationale pour River Delta Law Firm, une firme d’avocat chinoise spécialisée en droit du travail.

Mon histoire avec la Chine a commencé lors de l’été 2014, avec un désir d’un peu d’aventure je me suis joint à un échange étudiant que l’École des Relations Industrielles de l’Université de Montréal (l’ÉRIUM) organise depuis plusieurs étés avec l’Université Renmin de Chine. N’ayant quitté le Québec qu’une seule fois auparavant, j’ai été ébloui par la richesse culturelle de cette nation ainsi que par la gentillesse et générosité des Chinois.  J’ai donc passé un premier été merveilleux à Beijing et cela m’a fait réaliser deux choses. Premièrement, voyager comme étudiant ou travaillant est une excellente méthode de joindre l’utile à l’agréable ; soit se construire un curriculum intéressant tout en découvrant le monde. Deuxièmement, la Chine est un pays fascinant et rempli d’opportunités pour qui sait les prendre…

J’ai quitté Beijing avec déjà en tête de revenir y vivre dès que possible, je ne savais pas quand, mais j’étais déterminé que tôt ou tard j’y arriverais. Après un an à tenter de mieux comprendre la Chine ainsi que son marché de l’emploi pour les étrangers, un peu hésitant au départ, j’ai décidé de venir à Shanghai afin d’être sur place pour ma recherche d’emploi. De septembre à décembre, j’ai donc recherché un travail. Mon visa me rappelant constamment que mon temps était limité j’étais complètement concentré sur cette tâche, il était hors de questions que je reparte les mains vides. Après quelques mois, j’ai finalement décroché un emploi comme Vice-Directeur du département de coopération internationale chez River Delta Law Firm.

Ce qui m’a amené en Chine, tout d’abord un heureux hasard lors de l’été 2014, suivi d’un travail acharné et beaucoup de chance pour y trouver un emploi.

Notre belle province du Québec

Les Chinois sont souvent étonnés qu’on  parle français au Québec, car ils ne connaissent pas la colonisation de l’Amérique. Quand je présente, notre belle province, je débute souvent en expliquant rapidement nos origines françaises, que le Québec était autrefois une colonie française disputée par la Grande-Bretagne et la France et que cette dernière fut malheureusement vaincue. Après le petit cours d’histoire, je leur parle de Montréal, de l’été rempli de festivals, de la poutine, de ma petite ville natale, du froid, de la bonne bière… Je leur présente évidemment le Québec comme un endroit où il fait bon vivre et Montréal comme une ville multiculturelle.

Le peuple chinois et la ville de Shanghai

Les Chinois sont très accueillants, ils font souvent de grands efforts pour aider, et ce malgré la barrière linguistique. De plus, j’ai un grand respect pour leur vision des choses, ils travaillent fort pour obtenir ce qu’ils veulent et sont très pragmatiques. S’ils n’obtiennent pas les résultats désirés, ils ne justifient pas leur échec, ils analysent ce qu’ils peuvent faire concrètement et s’adaptent. C’est un peu cliché, mais j’adore aussi la nourriture de ce pays.

Shanghai est une ville magnifique. Étant la ville des affaires en Chine, Shanghai est très internationale et c’est ce qui fait sa beauté pour les expatriés. Tu peux avoir une soirée typiquement chinoise le vendredi soir et le samedi matin manger un petit-déjeuner occidental. De pouvoir alterner entre ces deux mondes aussi facilement est merveilleux, cela permet d’explorer le style de vie chinois tout en pouvant revenir dans sa zone de confort de temps en temps. À Shanghai il y a aussi beaucoup d’opportunités de carrière et d’affaires. L’individu qui sait discerner les bonnes opportunités des mauvaises et est prêt à travailler dur va avoir de grandes réussites dans cette ville.

Droit du travail en Chine

Les deux plus importantes lois sont le Labor Law de 1995 et le Labor Contract Law de 2008, par la suite il y a beaucoup d’autres législations importantes. Il faut comprendre que le droit du travail en Chine est très décentralisé, ces lois ne font que tracer des lignes directrices et les aspects qui n’ont pas été précisés seront sujets aux régulations locales ainsi qu’à l’interprétation juridique de l’endroit.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser du pays qui a longtemps été reconnu pour son Cheap Labor, le droit chinois est  protecteur envers les employés. Il n’y a que trois articles dans le Labor Contract Law pour renvoyer un employé, le contrat de travail est obligatoire et après deux contrats de travail à durée déterminée, le troisième doit être à durée indéterminée. Cela signifie que la gestion du personnel passe par de bonnes procédures ainsi que des actions préventives. Par exemple, le manuel du salarié est l’un des meilleurs outils afin d’avoir un fondement légal pour renvoyer un employé, il est donc primordial qu’il soit implanté en respectant les procédures afin d’être valide et qu’il soit très bien écrit.

Un autre aspect qui revient souvent dans le milieu des expatriés est comment le droit du travail s’applique aux étrangers. Tout d’abord, assurez-vous d’avoir le bon visa ou sinon acceptez que vous n’ayez que peu de moyens de défendre vos droits. Ne faites pas aveuglement confiance à votre employeur ni à une agence de visa, revérifiez tout en double, car face à la loi c’est vous qui êtes responsable et qui vivrez les conséquences. Deuxièmement, la loi du travail s’applique différemment pour les étrangers selon l’interprétation locale de l’article 22 et 23 de la Provisions on the Employment of Foreigners in China (2011 Amendment). Certains endroits interprètent que ce qui n’est pas couvert par ces articles n’est pas protégé par la loi ou est couvert, mais peut avoir une clause discrétionnaire dans le contrat de travail ou autres accords entre l’employeur et le salarié. Bref, afin de vous éviter des ennuis, négociez vigoureusement votre contrat et ne tolérez surtout pas le manque de précision ou encore pire, les ententes verbales.

Relations sino-Québécoises en droit du travail

En termes de relations sino-québécoise dans le domaine, le Centre de recherche interuniversitaire sur la mondialisation et le travail (CRIMT) aborde le thème des relations de travail chinoises. De plus, l’école des Relations Industrielles et l’école de Droit de l’Université de Montréal ont de très bonnes relations avec des universités chinoises prestigieuses telles que Renmin University, China University of Political Science & Law, Capital University, Shanghai University of Finances and Economics etc.

Pour finir, j’encourage ceux qui hésitent à découvrir la Chine ou y vivre, à foncer. C’est une expérience merveilleuse et on s’adapte beaucoup plus rapidement que ce que l’on pourrait croire.

×Scanner pour partager sur WeChat

Laisser un commentaire