Interviews 访谈

De la Côte d'Ivoire à la Chine

Par 4 décembre 2017 Aucun commentaire
Cet article est disponible en chinois traduit par 这篇文章也有中文版本, 法译中Mélodie

Rétrospective – Le lundi 7 août 2017, marque le 57e anniversaire d’indépendance de la Côte d’Ivoire, à cette occasion nous recevons aujourd’hui une jeune Ivoirienne étudiante à Pékin

Bonjour à tous. Je suis Laetithia Aude Ingrid BOGA à l’état civil, Laetithia Blessing pour mes proches. Mon nom chinois est 祝福 “Zhùfú” ce qui signifie bénédiction. Je suis Ivoirienne, originaire de Sassandra et de Grand-Bassam. Située au sud-est du pays, Grand-Bassam est une ville côtière, bordée par l’Océan Atlantique. C’est la première capitale coloniale de la Cote d’Ivoire de 1893-1896. J’ai eu 29 ans le 22 juillet dernier. Je suis actuellement étudiante en PhD à Beijing à l’“Institute of Food Science” (IFS) de la Chinese Academy of Agriculural Sciences (CAAS).

Mes études en Chine

Comme disait un ami, il est aujourd’hui impossible de comprendre le monde, si nous ne savons pas ni ne comprenons ce qui se passe en Chine (rire).

J’ai choisi de venir étudier en Chine pour plusieurs raisons, cela fera un an en septembre prochain. La curiosité de découvrir le moteur de développement rapide de ce peuple travaillant de manière acharnée. Le besoin de connaitre et de maitriser les technologies misent en place pour la transformation et la conservation des aliments. La technologie pour assurer la sécurité sanitaire des produits alimentaires. Le besoin de connaitre et de maitriser la qualité nutritionnelle et hygiénique des aliments selon le modèle chinois. Il y a aussi la curiosité de découvrir et d’apprendre une nouvelle culture, une nouvelle langue, le mandarin.

Je pense réellement que cette nation devrait être un exemple pour nos pays africains afin d’atteindre le niveau de développement que nous recherchons. Je ne sais pas si c’est ce que j’aime le plus, mais j’apprécie énormément toute cette technologie qui est mise en place afin de faciliter le quotidien (moyens de transport rapide, communication, achat en ligne…).

Mon pays, la Côte d’Ivoire

La Côte d’Ivoire est un très beau pays avec un peuple chaleureux, de beaux sites touristiques (Pour ne parler que de ma ville natale Grand-Bassam  est classée au patrimoine mondial de l’UNESCO, avec notamment la cascade et les montagnes de Man, les belles plages d’Assinie, Assounde, et Sassandra), une richesse culturelle qui ne laisse personne indifférent. Nous avons des écoles d’excellence et aussi de belles universités…

Je pense que l’image que le gens auront de nos pays dépendra d’abord de l’image personnelle et individuelle que nous leur offrons. Cette image dépendra par la suite des couleurs que nous leur présenterons aussi lorsque nous parlerons de nos pays. Les Chinois que je côtoie souhaitent tous visiter mon beau pays, la Côte d’Ivoire.

La langue française en Chine

Je ne parle pas forcement tous les jours le français en Chine, mais j’ai souvent l’occasion de communiquer avec des compatriotes ou des francophones, nous finissons par échanger des mots en français. L’homme ayant toujours tendance à s’exprimer plus facilement dans sa langue maternelle et/ou officielle. Le français est notre langue officielle en plus de nos langues maternelles.

Fête de l’indépendance de la Côte d’Ivoire

Aujourd’hui, en ce 7 août 2017, notre chère patrie a 57 ans, avec des ami(e)s nous avons prévue une rencontre pour fêter ce moment, mais surtout pour échanger sur la faisabilité de nos projets de développement à l’endroit de notre pays.

Je lis souvent des plaintes des critiques concernant la gestion de notre Pays. Si nous en parlons si souvent, cela montre bien qu’il y a un malaise quelque part, et donc un besoin. Je pense donc que la personne ayant l’habileté de corriger telle ou telle chose dans notre pays, ce n’est pas l’autre, mais c’est d’abord moi, d’abord nous, Ivoirien.

Le temps favorable pour commencer à changer les choses ce n’est pas demain, mais bien aujourd’hui et maintenant. Que faut-il faire alors ? La première chose à faire je pense, c’est de commencer à travailler sur nous même de façon personnelle pour développer nos capacités intellectuelles, émotionnelles mais surtout spirituelles. Tendons nous la main les uns les autres et soyons unis. Même si nous ne sommes pas toujours d’accord avec telle ou telle idée d’un frère, ne soyons pas celui qui le trahit et restons malgré tout solidaires (il n’y a pas meilleur enseignant que l’expérience). Seuls notre union, notre travail acharné et surtout notre foi en Dieu nous permettront d’être fidèle les uns envers les autres et par conséquent continuer de bâtir notre chère nation. Je le répète apprenons à être unis et à nous aimer…

C’est ainsi que nous serons le véritable modèle de l’espérance promise à l’humanité. Quand nous serons réellement UNIS, personne ne pourra rien contre nous, et qu’on puisse trouver le zèle nécessaire afin de nous lever pour répondre à l’appel de notre chère nation, la Côte d’Ivoire.

Très bonne fête de l’indépendance à toutes et à tous !

×Scanner pour partager sur WeChat

Laisser un commentaire