Interviews 访谈

Bencham, BiB… La vie d’un Belge à Pékin

Par 4 décembre 2017 Aucun commentaire

Rétrospective – Bonjour. Mon nom est Frédéric Derbaudrenghien, né en 1977 à Ostende, en Belgique (province de Flandre-Occidentale). Après trois ans d’études d’architecture, j’ai décidé de prendre mon sac à dos et de partir en Asie. Au cours de ce voyage de 9 mois, j’ai rencontré une charmante jeune Chinoise, WANG Qian, qui se préparait à aller à Lyon pour poursuivre ses études. Nous nous sommes rencontrés à nouveau en France et là notre idylle a vraiment commencé. Rapidement, elle s’est rapprochée de moi, et a étudié pendant 4,5 ans à Lille.

C’est grâce à son stage à l’Ambassade de France pour les Jeux olympiques de 2008 à Beijing, que j’ai pu venir en Chine, j’ai démarré une nouvelle vie à Pékin et nous vivons ensemble depuis. Nous avons deux adorables petites filles (Esmee 3,5 ans et Elke 1,5 an).

Montagnes russes en Chine

Ayant toujours eu l’esprit d’entreprise, ce n’est pas étonnant que ma carrière ait pris une allure de montagnes russes depuis que je suis arrivé dans la capitale chinoise. D’un spécialiste en mobilier, travaillant dans une grande usine néerlandaise (Van Thiel), près de l’aéroport de Pékin, à un “retail and brand manager” chez Lily’s Antiquies  à Gaobeidian ; je suis finalement devenu  directeur du développement des affaires de KNG Asia, une société de trading et conseil commercial dans laquelle j’ai d’abord investi (2010), puis complètement rachetée (2012) après avoir eu des fondateurs français et américains.

Nous distribuons aujourd’hui quelques marques étrangères en Chine et, depuis cette année, ma femme a quitté son poste chez Airbus pour renforcer l’équipe et elle travaille principalement au niveau du service Business Consulting. Vous pouvez voir mon Linked-In et le site www.kngasia.com pour plus de détails.

«La vie est plutôt facile en Belgique», mais ce n’est pas ce que je cherchais, je voulais découvrir «des choses différentes et de nouveaux défis» et c’est ce que j’ai trouvé en Chine.

Je m’étais toujours vu développer une carrière en Afrique, après toutes les histoires que mon oncle me racontait sur la difficulté des affaires sur le continent noir… Cela m’attirait. Puis, quand j’ai commencé à vivre et travailler en Chine, je me suis aperçu qu’en fait ici, c’est au moins aussi difficile et encore plus. J’explique depuis à mes amis  “qu’il n’y a pas d’endroit plus différent de notre” monde occidental ” sur Terre que la Chine”. Les gens et leurs habitudes, les croyances, l’éthique, la morale…

La communauté belge de Pékin

Même en vivant à l’étranger, nous les Belges ont le luxe d’avoir le soutien de nos ambassades, et le filet de sécurité de notre richesse et aide sociale. En vivant ici, je n’ai bien sûr pas oublié d’où je viens, je me suis notamment investi au niveau de la Chambre de Commerce du Benelux en Chine (Bencham, dont je suis actuellement vice-président) pour aider à promouvoir mon pays et aider mes compatriotes. En plus du monde des entreprises, je me suis également engagé dans le domaine social. Depuis ma première année à Beijing, j’ai pu diriger une équipe de football (qui a toujours quelques joueurs belges, mais qui est en fait un mélange de nationalités). Nous sommes une petite communauté et constituer une équipe complète peut s’avérer difficile.

Pour 2016, nous avons mis en place “Belges à Beijing” (BiB) un club pour rassembler les Belges (d’esprit) et organiser divers événements. Cela avait débuté avec les “Belgian Ladies Beijing” qui m’avaient au départ invité pour évoquer un élargissement de leur club et qui avec une “légère pression” m’ont fait prendre le rôle de président, ce que je fais avec plaisir et me faisant sentir plus Belge que jamais.

Notre équipe de foot

21 juillet : notre fête nationale

Ce jeudi 21 juillet marque notre fête nationale, mais comme la plupart du personnel de l’ambassade (et la plupart des BiB’s) est en vacances, il n’y aura pas de grande fête à l’ambassade, à la place les Belges de Pékin seront invités pour la Fête du Roi le 15 novembre prochain. Mais heureusement, nous avons notre ami Thierry et le café Beermania, qui organisera avec le support du BiB, ce soir à partir de 19h une soirée fête Nationale avec un dîner moules-frites. Soyez les bienvenus !

Et voilà comment, lentement mais sûrement je commence à être reconnu au niveau de la communauté belge… Il convient aussi de mentionner Renaat propriétaire du restaurant belge “Morels” et “Gilbert van Kerckhove” qui a réalisé un travail important sur le plan politique et social depuis près de 30 ans.

Il est impossible d’expliquer la Chine à ceux qui n’ont pas vécu ici. Même s’il y a beaucoup de scepticisme, nous les “anciens Pékinois” avons vu les changements apportés dans ce vaste pays. C’est le siècle de la Chine et ça ne fait que commencer.

La ville de Beijing est devenue ma maison et j’y resterai probablement jusqu’à ma retraite. Néanmoins, il y a encore beaucoup d’endroits que je veux découvrir dans ce monde…

×Scanner pour partager sur WeChat

Laisser un commentaire